Avertissement au sujet des sites qui parlent de Jacques Bertin

Né à Rennes en 1946 (voir Mémoires de Jeanne et Jules Bertin), Jacques Bertin, après des études à l'Ecole de Journalisme de Lille, s'installe à Paris en 1967. Cette année-là, il enregistre son premier 30 cm (Corentin) qui obtient le Grand Prix du Disque de l'Académie Charles-Cros.

"Un événement important dans la chanson française", écrit alors René Bourdier dans Les Lettres Françaises, "un grand chef de file, de ceux qui changent la face de la chanson, comme Trenet il y a trente ans, comme Brassens il y a quinze ans".
"C'est le plus bel ouvrage poétique de ce temps", écrit Jean-Pierre Hauttecoeur dans La Croix ; et Jacques Vassal, dans Rock and Folk : "Manquait la confirmation, la voici, éclatante de beauté, de pureté, de passion".

D'aucuns pensent que ce n'est pas de la chanson : "C'est différent et peut-être mieux", peut-on lire dans Le Nouvel Observateur, à propos de son cinquième 30 cm (Besançon).

Mais Jacques Bertin n'a pas d'idées préconçues sur ce sujet. Désireux de voir si le public en a, il donne trois semaines de récital au Théâtre Mouffetard en mai 1974. Devant le succès de l'expérience, il décide la renouveler au même endroit pour six semaines en 1975. En 1976 et 1977, c'est à la Cour des Miracles qu'il donne son récital. En 1978, un mois à la Gaîté-Montparnasse.

En 1980, un mois au Forum des Halles. En 1981, deux mois à l'Espace Gaîté ; et en 1983, un concert triomphal à l'Olympia. "Changement de Propriétaire", paru l'année précédente, où il se fait l'interprète des grands noms de la chanson, reçoit en 1983 le Grand Prix de l'Académie Charles-Cros.

En mars 1984, la grande salle du Théâtre de la Ville l'accueille pour sept récitals, et un enregistrement public sera réalisé à cette occasion, dernier 30 cm à paraître au Chant du Monde.

1986 voit la mise en place d'une formule ambitieuse, Bertin + 10 musiciens , et la création d'un nouveau spectacle donné notamment au CAC de Corbeil, aux Tombées de la Nuit de Rennes, et au Printemps de Bourges.

1989, Bertin, qui n'a plus de maison de disques, crée son propre label, Velen. En vingt ans, quinze CD sont parus, dont les cinq premiers Volumes d'une Intégrale reprenant les dix premiers 30 cm aujourd'hui épuisés.

L'année 1989 est marquée aussi par un récital de deux semaines au Café de la Danse, dont reste une trace sous la forme d'un enregistrement public, première production de Velen : "Café de la Danse, 1989".


En 1991, deux concerts au Casino de Paris, à l'occasion de la sortie du Poids des Roses.

L'année 1992, Bertin tourne en province ; c'est aussi l'année de parution en librairie de "Plain-chant, Pleine Page", recueil de ses poèmes et chansons écrits entre 1968 et 1992.

1993 : sortie de "La blessure sous la mer", 16 nouvelles chansons.

1996 : nouveau CD : "Hôtel du Grand Retour", suivi en mars 1997 d'une série de récitals au Café de la Danse.

En mars 1999, parution d'un nouveau CD "Le grand Bras, les îles...", et récital à Paris, à la Maroquinerie, du 6 au 18 avril.

Auteur, poète, interprète, Jacques Bertin a été, depuis le printemps 89 jusqu'au printemps de l'année 2000 rédacteur en chef chargé des pages culturelles de l'hebdomadaire "Politis" ; il y a notamment tenu une rubrique hebdomadaire, "Malin plaisir" , et dirigé des numéros spéciaux, ceux consacrés au Festival Off d'Avignon, ou à l'action culturelle.

Il est aussi l'auteur d'un livre remarqué et remarquable sur Félix Leclerc "Félix Leclerc, le roi heureux", et d'un récit , basé sur une correspondance, relatant la vie d'un Angevin parti chercher fortune en Alberta au début du siècle, intitulé : "Du Vent, Gatine!"

2000 : Jacques Bertin termine un film consacré à René Guy Cadou (réalisé par Annie Breit), regroupant les précieux témoignages d'Hélène Cadou et des amis du poète. Un document indispensable aux cadulciens. Le film sort d'abord en vidéo, puis est repris, quatre ans plus tard, en DVD par EPM, augmenté d'un bonus et d'un CD audio.

La même année voit la reprise en CD du "Bertin chante Bérimont", paru en 1988 au Petit Véhicule sous la forme d'un 30 cm désormais épuisé. En rendant ainsi hommage à Cadou et à Bérimont, Bertin poursuit dans la voie qu'il s'est tracée, celle de la fidélité.

Octobre 2001 : Jacques Bertin quitte l'hebdomadaire Politis.

Novembre 2002 : parution de "La jeune fille blonde" 16 nouvelles chansons. A cette occasion, la revue Chorus (Les Cahiers de la chanson) consacre un dossier complet au chanteur dans son numéro d'hiver 2002/2003 (N° 42). 24 pages avec biographie, discographie, important entretien...

Jacques Bertin est membre du Comité de parrainage de la revue Panoramiques (Marianne / Corlet), et collabore depuis mars 2003 à la nouvelle formule de la revue Policultures.

En Juin 2003 paraît dans la collection Poètes et Chansons, chez EPM, une compilation de 21 chansons de Jacques Bertin.


L'année suivante sort l'"Intégrale, Volume 5" ; ce CD reprend, dix ans après leur première parution, les 30 cm "Ma vie, mon œuvre" et "Théâtre de la Ville, 1984" (enregistrement public).

Mars 2005 : Jacques Bertin publie "Blessé seulement" (poèmes) aux Editions de l'Escampette, et les "Chroniques du Malin Plaisir" (Corlet), une soixantaine de chroniques choisies parmi celles parues au cours des ans dans Politis, de 1989 à 2000.

Décembre 2005, parution d'un nouveau CD de 14 chansons : "No surrender !".

Anne-Marie Delannoy, "la Jeune fille blonde", est morte le samedi 11 février 2006, à l'hôpital de Tourcoing, à l'âge de 60 ans. Elle est enterrée dans le cimetière de cette ville.

Automne 2006 : parution du film (DVD) de Philippe Lignières et Hélène Morsly "Jacques Bertin, le chant d'un homme"
Et du livre "Reviens, Draïssi ! écrits sur la chanson" de Jacques Bertin.

2007 : en février, une série de 6 récitals à Paris, au Théâtre du Gymnase-Marie Bell : un CD enregistré en public, à l'occasion de ses 40 ans de chanson, intitulé "Que faire ?" est paru en novembre de la même année.

Depuis l'été 2005, Jacques Bertin anime chaque été, en juillet, un atelier chanson "Restauration du patrimoine chanté", à Montjean-sur-Loire (49). (A l’été 2009, cet atelier est transféré à Chalonnes-sur-Loire, soit un déplacement de douze kilomètres.)

En septembre 2006, Jacques Bertin a appris qu’il bénéficiait du statut d’intermittent du spectacle. C’était la première fois de sa vie. Il reçut des indemnités de chômage pendant quelques mois.

Depuis 2007, chaque été est décerné le Prix Jacques-Douai dont Jacques Bertin est le fondateur et le président.

En 2008, Jacques Bertin a donné 48 récitals.

En novembre 2008, Jacques Bertin publie Une affaire sensationnelle, roman (éditions du Condotierre/Velen). Il est lui-même son éditeur ; pas de service de presse ; distribution par correspondance (Velen) et dans 5 points de vente locaux. Le premier tirage (500) est épuisé en trois mois...

Christophe Dauphin, dans la revue littéraire Les Hommes sans épaules (n°26, 2ème semestre 2008), lui consacre un dossier de 55 pages. Par ailleurs, les allusions, citations et exergues au sujet de JB se multiplient (voir la rubrique : Merci à…).

Mars 2010 : parution du CD "Comme un pays", 12 chansons nouvelles.

Juin 2010 : le CD "La bande des Cinq", reprenant des titres de Jean Vasca, Jean-Luc Juvin, Jean-Max Brua, Gilles Elbaz et Jacques Bertin sort enfin. Pour l'occasion, Jacques Bertin enregistre une chanson inédite "Adieu, amis de ma jeunesse !".

Le 31 octobre 2010, Jacques Bertin a reçu le Prix Paul Verlaine de la Maison de poésie pour son recueil Blessé seulement.

En 2011, Jacques Bertin publie Le Dépanneur (Sylvain Harvey, éditeur à Québec) : un lexique de poche pour les Français voyageant au Québec.

…un double CD reprenant le vinyle enregistré en 1978 au théâtre de la Gaité-Montparnasse et un enregistrement réalisé à la volée, en 2000, aux Oiseaux de passage, la boîte à chanson de Pierre Jobin à Limoilou (Qc).

…Enfin, Les traces des combats, un recueil de chansons et poèmes (éd. du Condotierre).

Il continue à collaborer à Policultures avec une chronique mensuelle.

Mai 2013 parution de son  album "L'état des routes"

2016 parution de son  album "Seul dans le paysage".

Jacques Bertin est à l'origine du projet de la Mahicha (Maison de l'histoire de la chanson), "un lieu d'importance nationale consacré à l'histoire de la chanson". La ville de Vandoeuvre-lès-Nancy s'est montrée intéressée par ce projet, et a commencé à le concrétiser.

 


Voir aussi : Bibliographie de Jacques Bertin
Avertissement au sujet des sites qui parlent de Jacques Bertin